L'ambassade

La Suède maintient des relations diplomatiques avec la République Démocratique du Congo (RDC) depuis l'indépendence de la RDC en 1960. Il y a eu une forte présence des églises et des missionnaires suédoises au Congo depuis plus de cent vingt ans.

Stratégie pour la coopération suédoise au développement avec
la République démocratique du Congo 2021-2025


1. Direction
L’objectif de l’aide économique internationale suédoise est de créer des
conditions qui permenttent d’améliorer le niveau de vie pour les personnes
vivant dans la pauvreté et l’oppression. La coopération au développement est
fondée sur les principes de l’aide humanitaire et de l’efficacité du
développement ainsi que sur l’Agenda 2030, le Programme d’Action AddisAbeba et l’Accord de Paris sur le climat.
La stratégie devra être appliquée au cours de la période 2021-2025 et
comprend un total de 3,34 milliards de SEK, dont 3,3 milliards de SEK
concernent l’Agence suédoise de la coopération internationale au
développement (Asdi) et 40 millions de SEK concernent l’Académie Folke
Bernadotte (FBA).
La stratégie régit l’utilisation des fonds alloués selon la ligne de crédits 1:1.9
Afrique dans les lettres réglementaires relatives à l’Asdi pour chaque exercice
budgétaire ainsi que les fonds alloués sous la ligne de crédits 1:1.4 Aide
humanitaire et la ligne de crédits 1:4.1 l’Académie Folke Bernadotte
concernant les coûts de gestion de la mise en œuvre de la stratégie, dans les
lettres réglementaires pour la FBA pour chaque exercice budgétaire.
Les actions de l’Asdi devront contribuer à la réalisation des objectifs
suivants :
Droits de l’homme, démocratie, l’État de droit et l’égalité des genres
2 (6)
• Le renforcement du respect des droits de l’homme, de la démocratie
et de l’État de droit, y compris la diminution de la corruption
• L’augmentation de l’égalité, y compris la diminution des violences
sexistes
Santé égalitaire
• Une augmentation de l’accès, et plus égalitaire, aux soins de santé et à
la nutrition, en se concentrant sur les femmes, les jeunes et les
enfants
• Une amélioration de l’accès et du respect de la santé et les droits
sexuels et reproductifs (SSRD)
Communautés pacifiques et inclusives
• Des processus inclusifs de prévention, de gestion et de résolution
pacifiques de conflits, y compris une résilience face aux crises
renforcée
Environnement, climat et utilisation durable des ressources naturelles
• Un impact limité sur le climat et résilience accrue aux changements
climatiques
• Une gestion et une utilisation durables des ressources naturelles, y
compris la biodiversité
• Une agriculture et foresterie durable et résiliente axée sur
l’amélioration de la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance
Les actions de la FBA, l’Académie Folke Bernadotte, devront contribuer à la
réalisation des objectifs suivants :
Sociétés pacifiques et inclusives
• Une amélioration des conditions pour un travail inclusif et égalitaire
comprenant la prévention et la résolution de conflits et la
consolidation de la paix
2. Contexte pays / Contexte régional
Les élections de décembre 2018 ont marqué le premier changement
pacifique de pouvoir dans l’histoire de la République démocratique du
Congo (RDC). Toutefois, le pays continue d’être caractérisé par l’instabilité
3 (6)
et des conflits, tandis que les défis en matière de développement sont
généralisés et que la situation humanitaire est grave. On estime que plus de
cinq millions de personnes sont déplacées et en fuite au sein du pays. Le
fragile équilibre du pouvoir limite les possibilités de mettre en œuvre les
réformes initiées par le gouvernement. Parmi les principaux défis figurent la
situation sécuritaire difficile, en particulier dans la partie orientale du pays où
plus de 140 groupes armés seraient actifs. Monusco, la mission de l’ONU
pour la stabilisation en RDC, a entamé la réduction de ses opérations. La
corruption est répandue dans tous les secteurs de la société congolaise et
constitue un obstacle sérieux au développement et aux opportunités
d’améliorer la sécurité, d’assurer la protection et l’influence des habitants et
de favoriser l’influence des ceux-ci.
La RDC est l’un des pays les plus riches du monde aussi bien en ressources
naturelles qu’en terres arables, mais malgré ce potentiel, la population
congolaise est l’une des plus pauvres au monde. Le ralentissement
économique mondial et les mesures internes dans la lutte contre la Covid-19
ont entraîné une forte détérioration de la situation économique générale, une
inflation et une hausse des prix des denrées alimentaires et la pauvreté risque
d’augmenter.
La majorité de la population est dépendante de l’agriculture et foresterie
pour sa subsistance et presque toute l’énergie consommée provient du bois
et du charbon de bois. Le manque d’accès à l’emploi productif et à
l’insécurité alimentaire, combiné à une population en croissance rapide,
entraîne, entre autres, une augmentation de la malnutrition chez les enfants
dans l’ensemble du pays. L’accès aux soins de santé et à la santé sexuelle et
reproductive est très déficient.
La situation quant aux droits de l’homme est grave et l’impunité est
généralisée. L’État n’a pas la capacité de protéger la population, en particulier
les femmes et les filles, contre les abus et violations. L’égalité des genres est
très à la traîne, par exemple, le mariage d’enfants et les violences sexuelles et
sexistes sont des éléments clairs. Le pouvoir judiciaire manque
d’indépendance et a servi d’outil pour réprimer les dissidents au sein de
l’opposition et de la société civile. Depuis les élections de 2018, la société
civile a connu une ouverture prudente de l’espace démocratique et les médias
ont une certaine liberté d’action. Toutefois, le pays est en 2019 classé 154ème
4 (6)
sur 180 au classement mondial des Reporters sans frontières relatif à la
liberté de la presse et la tendance des cinq dernières années a été négative.
3. Plan d’actions
L’Asdi devra mettre en œuvre, assurer le suivi et rendre compte de ses
activités conformément aux lignes directrices du gouvernement en matière
de stratégies de coopération au développement et d’aide humanitaire
suédoises (UD2017/21053). Les lignes directrices montrent, entre autres,
que les actions doivent être activement orientées vers la réalisation des
objectifs et que les résultats réels sont suivis en fonction des objectifs. Le
rapport annuel de stratégie doit être exhaustif et comprendre entres autres
un compte rendu, une analyse et une évaluation des résultats des actions par
rapport aux objectifs énoncés. Les résultats doivent être considérés lors de la
prise de décisions, l’apprentissage, la responsabilisation et pour assurer la
transparence envers le public. Le suivi doit fournir des informations fiables
et utiles sur les résultats aussi bien à court terme et qu’à long terme grâce à
des informations qualitatives et quantitatives, dans la mesure du possible.
La coopération au développement contribue au développement durable
selon l’Agenda 2030, les engagements sur le financement du développement
du Programme d’action Addis-Abeba et l’Accord de Paris sur le climat. La
contribution des actions est particulièrement pertinente pour les objectifs de
l’Agenda 2030 suivants : pas de pauvreté (objectif 1), pas de faim (objectif 2),
bonne santé et bien-être (objectif 3), égalité des genres (objectif 5), énergie
durable pour tous (objectif 7), conditions de travail décentes et croissance
économique (objectif 8), villes et communautés durables (objectif 11),
consommation et production durables (objectif 12), lutte contre les
changements climatiques (objectif 13), écosystèmes et biodiversité (objectif
15), communautés pacifiques et inclusives (objectif 16) et mise en œuvre et
partenariat mondial (objectif 17). La stratégie de présentation des résultats au
gouvernement suédois doit comprendre des références à la façon dont les
actions contribuent à l’application des actions de l’Agenda 2030 par rapport
aux priorités de la stratégie. Dans son ensemble, la coopération suédoise au
développement doit contribuer à réduire la pauvreté dans le pays, à améliorer
les conditions de développement démocratique et à respecter les droits de
l’homme.
Les actions doivent contribuer à renforcer l’État de droit, à réduire
l’impunité, à accroître la transparence et à réduire la corruption. Le soutien
5 (6)
au renforcement de la société civile et des médias est une priorité. Le soutien
aux acteurs du changement et à la vie culturelle peut être inclus ici. La Suède
peut contribuer à renforcer les conditions pour la mise en oeuvre d’élections
démocratiques, libres et justes.
Dans le domaine de l’égalité des genres les actions devraient se concentrer
sur la réduction de la discrimination fondée sur le sexe, une plus grande
autonomie des femmes, l’influence et la participation des femmes aux
processus politiques et la lutte contre les violences sexuelles et sexistes.
Les opérations doivent contribuer à réduire la mortalité maternelle et
infantile par le travail de prévention et la prise en charge des causes sousjacentes, ainsi qu’à accroître l’accès à la santé sexuelle et reproductive et le
respect de celle-ci.
Les actions devraient soutenir le travail de stabilité de la RDC par le biais
d’un soutien à long terme pour assurer la paix, la stabilité et la reconstruction
dans les zones ciblées. La participation des femmes et des jeunes aux
processus de consolidation de la paix devrait être renforcée. Le soutien au
désarmement, à la démobilisation et à la réintégration des anciens
combattants peut, s’il y a lieu, être apporté. Les actions de l’Asdi devraient
être concentrées sur les causes profondes des conflits, par exemple, par
l’amélioration des possibilités d’emploi productif aux conditions de travail
décentes, y compris le travail pour développer le dialogue social. Les actions
contribuant à l’abolition du travail forcé et du travail des enfants peuvent
être incluses. Les actions de la FBA doivent être concentrées sur la
participation accrue des femmes et des jeunes à la prévention de conflits, à la
résolution de conflits et à la consolidation de la paix, au renforcement de
l’État de droit et à l’amélioration de la capacité de la société civile et des
structures étatiques à prévenir les violences sexuelles et sexistes. En outre, la
FBA peut profiter des opportunités pour renforcer davantage les processus
de paix et les acteurs du changement.
Les actions devraient promouvoir la diversification de l’agriculture et
foresterie, la conservation et la restauration de la biodiversité et la réduction
des impacts de la pollution, ce qui contribuerait également à la sécurité
alimentaire et à l’amélioration de la nutrition, ainsi qu’à une résilience
renforcée aux changements climatiques. Les actions devraient être
concentrées sur les plus vulnérables par le biais, entre autres, d’une
6 (6)
agriculture et foresterie à petite échelle et durable. Les actions devront
également contribuer à l’utilisation durable des ressources naturelles, cela
peut inclure la gestion des minéraux dits de conflit, en se concentrant sur
une transparence accrue dans les chaînes de valeur mondiales où la RDC est
incluse. Les actions doivent contribuer à réduire l’impact climatique, par
exemple, en augmentant l’accès aux énergies renouvelables et l’efficacité
énergétique.
La coopération suédoise au développement doit être pertinente et efficace.
Une approche holistique de l’aide humanitaire suédoise à la RDC doit être
assurée. Il est nécessaire de prendre en compte les liens entre l’aide
humanitaire, la coopération au développement à long terme et la
consolidation de la paix. À long terme, les actions doivent contribuer à
réduire la dépendance aux aides humanitaires. Il faut rechercher les synergies
entre les différents domaines de la stratégie, ainsi qu’avec les actions dans le
cadre d’autres stratégies pertinentes pour la coopération suédoise au
développement et l’aide humanitaire.
La coopération suédoise au développement doit constituer les fondements
pour des relations plus larges et plus autonomes entre la Suède et la RDC et
la coopération avec la base de ressources suédoise devrait être approfondie.
Le potentiel de numérisation et d’innovation en tant qu’outil à la réalisation
des objectifs doit, le cas échéant, être pris en compte. Il convient d’explorer
la stimulation d’autres ressources financières.
La coopération au développement doit être adaptée aux circonstances
actuelles et être à la fois souple et efficace. La coopération directe avec les
acteurs étatiques peut comporter certains risques et ne devrait avoir lieu
qu’après une évaluation minutieuse des risques.
La Suède doit promouvoir une coordination cohérente et efficace du
développement et de l’aide humanitaire dans le pays, notamment par une
participation active à la programmation conjointe de l’UE et par la
coopération avec les acteurs multilatéraux concernés.

Contacter l'Ambassade

Dernière mise à jour 13 févr. 2024, 16.14